l’Océan

Début août, départ pour l’Ile d’Oléron pour rejoindre la famille. Comme chaque année, pas question de faire 800 km sur l’autoroute, on veut voir du pays.  On quitte alors les grands axes juste avant Toulouse pour aller découvrir cet océan que l’on connaît si peu. Sortie 20 ; Villefranche de Lauragais, soulagés de quitter une autoroute bondée un dimanche classé orange. Non, nous n’irons pas nous embourber dans les bouchons qui bordent Toulouse, on n’en peut déjà plus…. Je sors la carte et cherche un itinéraire… Chéri, prends direction Auterive. Nous voilà déjà en pleine campagne, et ces paysages là, on n’y est pas habitués. Ouf, ça fait du bien ; des routes vallonnées et désertes, bordées de platanes sur des kilomètres, des champs de tournesols à perte de vue ; leur couleur est différente de chez nous, plus claire, plus douce, et un vert plus tendre… J’ai fait l’erreur de ne pas m’arrêter prendre assez de photos… Il faut dire que le temps se gâte. Pourvu que ça ne dure pas !
De la Haute Garonne nous filons vers le Gers. Petite halte pique nique proche de Samatan, sous la pluie et dans la grisaille, on sort à peine le nez de la voiture …. Nous reprenons notre course, Auch, de loin, sur son promontoire, attire nos petits yeux curieux, une magnifique cathédrale domine la ville, on trouve ça très beau, les rues sont pleines de charme et bien entretenues. Malheureusement le temps file et nous avons tout de même un but, on ne peut pas s’arrêter partout….

l1019995-copiel1020029-copie

Nous faisons cap vers Mimizan. On s’attaque aux routes droites interminables des landes, l’océan se mérite, je vous le dis ! On ne veut pas arriver trop tard, ce soir, on plante la tente en nature, faut qu’on trouve où! Allons voir la plage…  Celà fait plus de dix heures qu’elle se fait attendre. Quelle beauté! La dune est immense et cette étendue de sable doré au coucher du soleil nous change de nos recoins et autres criques méditerranéens. La mer au devant  va et vient, plutôt calme, sereine même. Derrière le poste de secours, un passage a été ouvert vers la dune sauvage, nous l’empruntons ; c’est une piste d’hélico qui a été installée ici pour la saison, nous continuons à marcher. Quelques mètres plus loin, en un regard on comprend que c’est notre endroit. Pas loin du parking, en pleine nature, à l’abri des regards et avec une vue sublime. Merveilleux. Nous allons visiter Mimizan, et dîner, puis nous monterons la tente de nuit, c’est plus discret.

 

 

l1020041-copie

l1020058-copie

 

La ville est bondée, les peaux rougies, les glaces toutes plus énorme les unes que les autres, le bord de mer animé et les restos très nombreux. L’ambiance est excellente, très familiale, simple, les enfants courent partout, et le soleil couchant fait rougir le front de mer.
Nous faisons un petit tour de repérage ; on a faim et tout cela n’est pas très alléchant… Les enseignes aux couleurs criardes clignotent et les photos de moules frites nous rebutent un peu… Nous repérons quand même une jolie terrasse en bois… Un petit cocktail, une pizza landaise génialissime et le tour est joué.

De notre dune, on aperçoit sur les faisceaux des lampes de poche qui dansent sur la plage et les voix qui montent jusqu’à nous. Les jeunes sont de sortie. On ne veut pas se faire repérer alors c’est en catimini, à la lueur des étoiles que nous construiront notre abri. On ne dort jamais réellement bien en bivouac, toujours un peu inquiets de se faire déloger. C’est le matin que ça prend tout son sens, quand on ouvre la fermeture éclair, à l’aube, et que la nature rosée s’éclaircit doucement devant nos yeux collés… Avant que la plage ne s’agite, il faut tout remballer, c’est la règle. Notre passage est invisible, à peine quelques herbes couchées… Comme si de rien n’était. A marée basse nous marchons dans le sable doux de la plage, quelques groupes de surf sont déjà dans l’eau… Nous allons reprendre la route, pour un petit déjeuner à Biscarosse… encore endormie, la place principale et quasiment déserte, il est pourtant presque 10h! Sur la plage, nous nous installons sur la terrasse de « la Playa » ; l’endroit est super sympa, les pieds dans le sable, une bonne crêpe et une orange pressée…

l1020076-copie

 

 

 

 

l1020072-copie

 

 

 

 

l1020117-copiel1020135-copie

 

 

La Dune du Pilat est à seulement quelques kilomètres de là… c’est LA curiosité du coin et on sait à quoi s’attendre lorsqu’on pénètre dans le parking. Beaucoup de monde, beaucoup trop de monde. Un parking immense, trop labyrinthique, quelques bouibouis à souvenirs et le sol qui se transforme en sable, jusqu’au grand escalier… trop facile. Nous grimperons cette montagne par l’autre voie ! Un père explique à son fils « c’est un énorme tas de sable » C’est ça… et de chaque coté, deux mers, l’une de pins, à perte de vue et de l’autre l’océan, et le bassin d’Arcachon. C’est superbe. On sourit devant les gamins qui font des courses de descente, éclatant  de rire, semant au passage casquettes et sacs à dos, ou s’étalant la tête la première dans le sable…

 

 

l1020153-copie

l1020176-copie

 

 

Le bassin d’Arcachon nous ouvre les bras. Nous allons le contourner et nous arrêter à Andernos les Bains, petite commune tranquille située au nord est du Bassin. Arrivés sur la place du village où de nombreux restaurants pourraient accueillir nos envies d’Huitres et autres crustacés, nos yeux se concentrent plutôt sur l’extrémité opposée de la plage, où, au loin, on arrive à distinguer vaguement une terrasse devant un cabanon…. on va voir? La marrée basse nous permet de couper, nous observons le long du rivage les jolies maison, les pieds dans l’eau. On est contents car nous avons eu le nez creux. Nous sommes « Chez Julien » une cabane à huîtres toute simple, au bout du quai, où nous nous régalerons avec un verre de vin blanc et quelques fruits de mer. C’est tout ce qu’on voulait.

 

 

 

l1020204-copiel1020187-copiel1020206-copie

 

l1020208-copie

 

 

Cet après midi, on teste pour de vrai une plage de la côte ; nous nous rendons à Le Porge où une magnifique étendue de sable (on commence à s’habituer) se présente à nous. Baignade quelque peu houleuse, nous sommes loin des eaux calmes de la Méditerranée… Une sieste s’impose, la nuit en bivouac n’a pas été assez reposante… On est bien, avec ce petit air qui vient de l’Océan, sur un fond de vagues et de cris d’enfants…  La route reprend, nous arrivons bientôt à Lacanau Océan, station balnéaire vivante aux enseignes toutes aussi colorées et démodées que celles de Mimizan. ça se ressemble beaucoup, à vrai dire. On a un peu la même plage, la même dune, et un coucher de soleil semblable, ce qui n’enlève rien à leur beauté et leur taux d’agréabilité, soyons clair. D’ailleurs, un mojito arrosera notre bonheur, dans un bar tout en bambou les pieds dans le sable. Le beach. On pouvait pas trouver mieux. Une ambiance de vraies vacances. Ici, on sent bien que très peu de personnes y vivent à l’année mais on sent très bien aussi que beaucoup de famille y viennent et y reviennent chaque année. Les parents se retrouvent, les enfants suivent les mêmes cours de surf d’une année sur l’autre, ils ont leur vélo, leur maison, leurs copains. Ils ont leur petit bonheur ici, bien palpable. Et puis il y a les étrangers, qui passent (presque) inaperçu, ils y sont habitués de toute façon.

 

 

 

 

l1020224-copiel1020142-copiel1020145-copiel1020232-copie

 

 

C’est déjà l’heure de manger… Et on ne se plaint pas… Car on a trouvé le meilleur (j’en suis sûre) restaurant du coin. Une adresse que tous les habitués doivent connaître et qui ne nous a pas déçus! Le Bistrot des Cochons, planqué dans une petite rue, sous une jolie tonnelle, change un peu de tous les restaurant que nous avons vus jusqu’à présent. Pas de photo des plats, pas de menus à treize euros, pas de moules frites et un charme fou. On s’approche et rien qu’à la lecture des entrées de la carte, on se dit, ok, ici, ça cuisine.  A la première fourchette de notre carpaccio de Saint Jacques aux agrumes, nos yeux ronds et contents communiquent à notre place (de toute façon, on à la bouche pleine) c’est une tuerie. Le Risotto de pomme de terre au cèpes et ses petites cailles frites, même combat! .. Et le plus fou dans tout ça, c’est l’addition. 80 euros pour deux avec un demi de -bon- vin rouge, on a tout de suite envie de reprendre un menu…

 

 

 

l1020245-copie

 

 

Nous nous réveillons dans notre tente, au bord du lac de Lacanau, sous les pins. L’eau est excellente, parfaite pour se rincer, et puis c’est si calme…  On a hâte d’arriver à Oléron, alors on promène tout en avançant ! Maubuisson, Soulac, le Bac de Royan et un arrêt midi chez Bob, à Saint Palais. Beaucoup de touristes dans cette petite ville de Gironde, mais une ambiance simple et sympathique, un poil plus bourgeoise, avec une jolie plage encerclée de jolies maison et de restaurants. La lumière est digne de l’Atlantique, très bretonne. Nous empruntons ensuite la belle côte sauvage et plus vite que nous ne l’imaginions, nous arrivons sur le grand viaduc de l’Ile d’Oléron.

 

 

 

l1020253-copiel1020266-copie

 

 

 

l1020280-copiel1020287-copie

 

 

 

l1020282-copie

 

 

 

 

l1020290-copie

 

 

 

 

l1020288-copie

 

 

l1020291-copie

 

 

La première vision de l’île ici n’est jamais des plus appréciables. Des embouteillages, un urbanisme franchement déplorable et une zone commerciale moche, il faut le dire. Heureusement, nous bifurquons, comme d’habitude, sur la jolie route des Marais. Là, ça y est, le charme de l’Ile commence à se faire sentir… Arrivés à La Brée les Bains, c’est toujours une sorte de délivrance. Faut dire qu’on vient de loin… C’est marée haute ? Chouette, on file se baigner…

l1020293-copie

 

 

l1020318-copie

 

 

 

l1020308-copie

 

 

 

l1020324copie

 

 

Cette plage est relativement peu fréquentée, c’est parce qu’ils n’enlèvent ni les algues ni les cailloux. Mais nous, ça nous arrange, on y vient à pied, en 2 minutes, on s’étale, on s’installe, on s’y retrouve dans le calme, on sort le canöe ou la canne à pêche. On nage d’une digue à l’autre et on va même marcher dans la vase, à marée basse, le plus loin possible. Nos vraies vacances quoi.

Le soir, souvent, c’est poisson ou fruits de mer. Tous les matins, on se ravitaille au marché de la Brée. On y trouve tout ce qu’on veut, un vrai marché forain et alimentaire, il y a le même à Saint Denis, un peu plus loin. Les mêmes Pinault, les même Huitres, les mêmes poissons de la Côtinière, les mêmes robes pas à mon goût et les mêmes stands de bonbons. C’est pour ça qu’a Saint Denis, nous on aime bien y aller le soir, boire un cocktail face au port… En règle générale sur l’île, on adore l’ambiance populaire et familiale (que l’on a pu retrouver sur la côte atlantique), les campings, les bals de village, les marchés diurnes ou nocturnes, les enfants libres, les parents pas stressés, les autotamponneurs, le vélo,les tarifs accessibles, le relâchage complet, les congés payés quoi.

 

 

 

l1020346-copiel1020330-copiel1020423-copiel1020429-copiel1020431-copiel1020430-copiel1020433-copiel1020435-copiel1020434-copie

 

l1020441-copie

 

 

Tombés du lit le dernier matin, on s’aventure plus au Nord, juste au dessus des Huttes sur cette petite falaise de calcaire. Je découvre, surprise, une forêt de cairns blanche, assez mystique, en me rendant à pied au Phare de Chassiron. Elles sortent de nulles part. Depuis quand sont elles ici? Quelle est cette tradition? Pourquoi ? On ne sait pas, chacun cherche sa réponse et peut être n’y en a t il pas. Pour la beauté du geste? Pour nos étoiles? Pour marquer notre passage? Ces pierres blanches érigées entre la mer et la plaine ont une force visuelle mais pas que… moi, ça me touche particulièrement, une belle illustration de « l’union fait la force ». Le soleil se lève doucement, quelques coureurs, un ou deux pêcheurs et ce petit sentier adorable qui borde la mer, je suis contemplative…

 

 

 

l1020365-copiel1020372-copiel1020382-copie

 

l1020419-copie

 

Le temps passe trop vite et c’est la déjà la fin, la parenthèse oléronaise se termine sur une note autoroutière un peu trop éprouvante… nous retrouvons avec plaisir tout de même notre chère et tendre Méditerranée…

 

 

l1020452-copie

Les Bonnes Adresses du Road Trip

  • La Playa à Biscarosse ; pour le petit dej les pieds dans le sable
  • Le bistrot des Cochons à Lacanau ; restaurant excellent, gros coup de coeur
  • Le Beach à Lacanau ; cocktails les pieds dans le sable 🙂
  • Chez Julien à Andernos Les Bains ; cabane à huitres trop sympa
  • Chez Bob à Saint Palais, parfait pour le midi
  • Les Poissons Rouges à Saint Trojan Les Bains ; très bon restaurant
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s