Coucou Claudia

Claudia. Belle italienne aux yeux verts et à la voix chantante. Elle est de celles qui me rappellent comme j’aime les femmes méditerranéenne. Celles au caractère bien trempé.

Claudia râle, rit, échange avec passion. J’adore. C’est un coup de feeling, et c’est tellement bon. Nous sommes hôtesses, elle et moi, à faire les pots de fleurs, les plantes vertes, les « sois belle et tais toi » qu’on ne supporte pas. Claudia est comme moi, elle aime pas ça. Mais on le fait avec le sourire parce que, bon, ça dépanne.

Je ne pouvais pas trouver meilleur décor pour rencontrer Claudia. En tailleur à l’entrée du congrès. Wahou. Ce n’est tellement pas elle.

On se connait peu, mais on s’aime bien, on le sait toutes les deux. On se croise de temps en temps et ce jour là, on ne joue plus les plantes vertes ; on se retrouve pour faire des photos. Elle pose, c’est son métier et bien qu’elle soit aussi souvent de l’autre coté de l’appareil,  c’est moi qui braque les projecteurs sur elle. Enfin non, pas de projecteurs ; un soleil de plomb. Fracassant.

Elle a pris deux trois fringues & accessoires, ses beaux yeux et ses cheveux longs et woaw, je savais que j’allais m’amuser mais là, c’est dingue, je me régale. On se régale! On rit et Claudia nargue en se trémoussant les 4 ou 5 ouvriers tanqués sur le toit du chantier d’à côté, à 50 mètres de là, essayant de photographier format timbre poste avec leur téléphone la bombe italienne. Ils sont surexcités. C’est hilarant.

_MG_9952copy_MG_9866 copy_MG_9397 copy

Nous sommes ensuite aller chercher un peu de magie du coté de l’escale Borelly. Pas facile, certes mais malgré les restos sans âmes et les plages artificielles, cet endroit à tout de même quelque chose de magique. Un peu de grand air et surtout : les collines dans le fond. Elles nous rappellent que quand même, on est encore à Marseille, t’inquiète, il est là le charme!

_MG_0201 copy

_MG_0454 copy_MG_0646 copy_MG_0160 copy_MG_0479 copy_MG_0261 copy

Je vole à Claudia son regard de fer. Je suis la plus heureuse. Ce portrait me fascine. Merci bella ragazza, on se refait ça…

_MG_0361 copy

 

Un jour gris à Clermont Ferrand

Clermont Ferrand, pour une marseillaise, c’est un peu le nord, le froid, le gris, un peu l’angoisse quoi…. Dimanche 11 octobre, baignade à Méjean dans une eau à 20 degrés… lundi 12 octobre, arrivée à Clermont avec 10 degrés (et pas dans l’eau…)

Petit choc, donc, dans un premier temps, mais, comme on aime le dépaysement, on se laisse porter et nous voila béats devant cette Cathédrale toute noire et ces rues aux allures Moyen-Ageuses… En quelques heures de voiture nous sommes complètement ailleurs (vive la France..) Dépaysés.

Un lundi soir à Clermont Ferrand, c’est calme dans les rues, et il fait froid, ici l’automne est bien installé, mais au détour des ruelles et en demandant aux habitants où est ce que l’on pourrait trouver un petit restaurant, nous tombons, rue Lamartine, sur un petit Bouchon de Jaude drôlement sympathique, très chaleureux, et merveilleusement bon. L’Auvergne est là. Dans nos assiettes. Nos papilles s’émoustillent et nous nous rendons compte à quel point la France est merveilleuse. Une viande d’un autre monde, du foie gras, du cantal et du cèpe, un vin rouge délicieux… C’est sûr, ça nous change de nos tomates mozza, ratatouilles, panisses et autres fiertés du sud. Un vrai plaisir. Nous sommes heureux.

_MG_1167 copy

_MG_1179 copy

Le lendemain, c’est toute seule que j’arpente les rues. La cathédrale, encore, les petites boutiques, cafés, les espaces verts. C’est inspirant. Je visite la FRAC et sa superbe expo sur Gilles Aillaud ; peintre tendre au point de vue selon moi très photographique. Le lieu est superbe et les peintures m’impressionnent d’originalité. J’adore.

_MG_1183 copy

_MG_1187 copy

_MG_1190 copy

_MG_1204 copy

_MG_1210 copy

_MG_1212 copy  _MG_1223 copy

_MG_1229 copy

_MG_1231 copy

_MG_1235 copy

_MG_1240 copy

_MG_1253 copy

_MG_1255 copy

_MG_1260 copy

_MG_1266 copy

_MG_1286 copy

_MG_1289 copy

_MG_1303 copy

_MG_1305 copy

_MG_1313 copy

_MG_1317 copy

Deuxième exposition à l’Hotel Fontfreyde sur un autre Gilles, photographe celui ci, de guerre, Gilles Caron. Contenu très enrichissant et photographies pleines de sincerité. Là encore le lieu est magique.

_MG_1331 copy

_MG_1337 copy

_MG_1347 copy

_MG_1350 copy

_MG_1360 copy

_MG_1363 copy

_MG_1365 copy

_MG_1366 copy

Je file au marché Saint Pierre pour ramener du Saint Nectaire, il faut que j’emmène un peu d’Auvergne dans la poche.

L’heure du retour arrive déjà c’était une parenthèse très brève mais une belle découverte. Je reviendrai bien, et ferai bien un petit tour dans les alentours… aller goûter quelques autres fromages, vins & champignons….

Blue Sarah

Sarah vient me voir à Marseille.

Sarah & moi, c’est une rencontre qui date. L’école de photo, Montpellier, moi en première année, elle en seconde. Et elle avec ses photos canons qui m’impressionnaient déjà à l’époque. Son style c’est tout ce que j’aime ; de la spontanéité, de la simplicité, beaucoup de simplicité, et de la poésie. Sarah & moi, c’était tout au long de l’année des discussions furtives, une soirée par ci par là mais toujours avec l’envie de la connaitre plus, car j’avais un a-priori sur elle tellement bon qu’elle ne pouvait me décevoir.
Et non, elle n’a pas pu car de toute façon nous nous sommes presque perdues de vue durant ces dernières années, vaquant chacune à nos occupations.

Heureusement les réseaux sociaux ont tenu ce petit fil d’admiration entre moi… & elle… et peut être aussi un peu elle … & moi car c’est elle qui… spontanément, éblouie par la beauté de Marseille (ouai ouai ouai !) sur une de mes photos instagram me demande de lui faire visiter. Je lui répond, bien sûr, toujours motivée pour faire découvrir ma ville d’amour, que QUAND ELLE VEUT! Ni une, ni deux Sarah avait pris ses billets et nous revoilà presque 5 ans après l’une en face de l’autre à nous raconter nos histoires d’amour, nos voyages et les péripéties les plus palpitantes de nos vies respectives.

C’est à l’Upper-cut que cet episode s’est déroulé, une verre de vin rouge d’abord, dans la partie supérieure du bar, très agréable d’ailleurs. Puis nous avons migré vers le sous sol où un DJ bien sympathique nous a fait nous trémousser en dégustant de bons cocktails bien frais.

Le lendemain c’est à la pointe rouge que nous avons démarré la journée… avec un super top vide grenier. J’adore les vides greniers mais alors les vide greniers de la Pointe Rouge… quand il fait beau… C’est une vraie merveille. Que de jolies trouvailles.Si près du but, nous ne pouvons y échapper, Sarah doit le voir c’est inévitable. Les Goudes. Oh les Goudes….

On ne s’en lasse pas, lorsqu’on y met un pied, on peut être sur qu’on aura envie d’y revenir. Un désert poétique à 20 minutes du centre ville… Et là, ce bleu. Ce blanc. Cette ambiance hors du temps.

Je dis toujours que lorsque je reviens de là bas, je me suis vidé la tête, et si je le dis à chaque fois, c’est bien que ça doit être vrai…

_MG_1070 copy

_MG_1061 copy

_MG_1056 copybluedesert

_MG_1047 copy

_MG_1041 copy

_MG_1032 copy

J’aurais aimé emmener Sarah jusqu’à Marseilleveyre mais faire découvrir (au moins) quelques facettes de marseille en un weekend c’est déjà le parcours du combattant alors nous fonçons déjeuner à La Pinède. Petit resto familial caché dans les petites rues de la Pointe Rouge. Une carte simple et méditerranéenne, un personnel sympathique et une cour à l’abri du bruit, des regards et … des cons. C’est simple on à l’impression d’être chez mémé pour l’anniversaire de Tonton. On se régale.

_MG_1074 copy

_MG_1080 copy

Le Corbusier… bien sûr… La cité Radieuse, la Maison du Fada… l’audace et le minimalisme. Le vivre ensemble de la modernité. Sarah est éblouie, je savais, je pensais bien qu’elle le serait, d’autant plus que les habitants en rajoutent une couche en exposant quelque chose devant chacune de leur porte. Nous ne sommes pas dans un musée, bien sûr et ce n’est pas le but de l’endroit. Nous sommes dans un village, et chaque âme de ce village a quelque chose à dire ou à montrer… Nous sommes là pour « Le weekend du Fada » et nous nous promenons amusés dans ce bâtiment aux grandes allées, nous jetons nos yeux curieux derrière ses portes colorées en essayant de voir quelques morceaux de ces appartements vitrés. Quel style. Quel bon sens. Quelle lumière…!  Evidemment … cerise sur le Gâteau… le toit terrasse. Une vraie merveille qui me laisse sans mot (comme toujours).

_MG_1116 copy

_MG_1115 copy

_MG_1105 copy

_MG_1101 copy

_MG_1094 copy

_MG_1122 copy

_MG_1082 copy

Capture d’écran 2015-10-19 à 17.18.02

C’est dimanche et Sarah va bientôt partir… pas avant une visite d’Endoume et ses merveilles : le Petit Nice, Maldormé, Malmousque… il fait beau et chaud, les familles marseillaises se payent un petit matinal bain ensoleillé pendant que la ratatouille mijote sur le feu à la maison. Tous les âges, tout le monde est ravi. Nous aussi! Des gens heureux, tout autour de nous… woaw!

Le bonheur continue lorsque nous arrivons à Méjean par sa minuscule route qui borde la ligne de chemin de fer la plus stylée d’Europe. La côte bleue et ses calanques rouges. Olala que c’est beau… « Y’a rien là? » (fierté marseillaise, chauvinisme poussif, tout ce que vous voulez, c’est toujours flatteur et on kiff à chaque fois faire découvrir des endroits comme celui là)

Un petit bain, et Hop, Sarah s’envole vers Biarritz et pas de bol, il pleut à son retour ce jour là.

Capture d’écran 2015-11-04 à 15.22.41

Les images instagram de Sarah @sarahbalhadere :

Capture d’écran 2015-11-04 à 15.25.00

Capture d’écran 2015-11-04 à 15.28.18

Capture d’écran 2015-11-04 à 15.28.01

Et surtout, ne loupez pas son site internet : ses photos sont des petits bijoux de douceur

http://www.sarahbalhadere.net/